Lettre ouverte du “Tocard” au Grand Chef…

 

Pour le deuxième anniversaire de mon entreprise “SecrétaDim”, je me suis permis de composer une newsletter afin de remercier les clients qui m’ont fait confiance durant ces deux années.
Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir, un retour de ma lettre d’information, avec le gentil compliment esseulé de “Tocard”; juste cet adjectif, sans plus, ni bonjour, ni explication, ni ouverture de dialogue…

“Tocard”, vous dites que je suis Monsieur le grand restaurateur…, cela ne m’empêchera pas de ruer dans les brancards et ainsi de vous prouver ma compétence au moins pour vous répondre :

  • Comment pouvez-vous ainsi juger les services que je propose sans jamais avoir eu l’occasion de les requérir, les utiliser ou même les comparer ?
  • Comment pouvez-vous vous permettre de me qualifier de la sorte ? Jamais, je n’oserais, moi, sans avoir au moins gouter votre cuisine, vous qualifier d’incompétent, d’ignare ou d’incapable.
Si votre sport favori est de mettre le “loup” dans la bergerie (qui d’ailleurs ne contient que “3 petits cochons”), sachez qu’il est dangereux de monter plus haut que la Citadelle. Du haut de celle-ci, l’oxygène se raréfie et il est fort probable que votre tour de coup vous étrangle.
Je ne pense pas être trop envahissant et plutôt discret avec mes 2 ou 3 courriels annuels. Si toutefois, ceux-ci vous incommodent, il suffit, comme en moyenne les 0,6 % de la liste de mes abonnés, de vous désinscrire et je ne vous embêterai jamais plus….
Mes salutations, Monsieur le Grand Chef.
Dimitri Walhin